> A la même époque

Émile Mathieu

Freyhir : Poème lyrique et symphonique

Orchestre philharmonique de Liège et de la Communauté Wallonie-Bruxelles
Brussels Choral society

Chœur symphonique de Namur

Patrick Delcour, Marc Laho, Christine Solhosse, Véronique Solhosse

Jean-Pierre Haeck, Direction

Critique presse : Émile Mathieu – Freyhir ()



CYP5683
Collection non définie
Juin 2001
Prix : 16 €



Émile Mathieu est né à Lille le 18 octobre 1844 de parents belges. Après un passage par Anvers, la famille de Mathieu s’installe à Louvain. C’est au Conservatoire de Bruxelles que le compositeur fera ses premières armes. Jusqu’au début du siècle, Mathieu sera extrêmement prolifique, composant essentiellement des œuvres de grande envergure : poèmes symphoniques, lyriques (dont Freyhir en 1883), œuvres dramatiques ainsi que de nombreux chœurs. Le ralentissement de sa production correspond à sa nomination au poste de directeur du Conservatoire royal de Gand en 1898, où il restera jusqu’à sa pension en 1924. Freyhir est la seconde partie d’un vaste tryptique de poèmes lyriques et symphoniques consacré à l’Ardenne. Comme l’avaient déjà remarqué les premiers auditeurs de l’œuvre, rien n’ y est forcé. Mathieu y témoigne d’une belle maîtrise des procédés d’écriture et son œuvre possède une homogénéité étonnante derrière son apparente diversité. Sa simplicité, son économie de moyen, ses trouvailles harmoniques, et par-dessus tout sa richesse mélodique qui semble parfois emprunter à des styles folkloriques se marient dans une œuvre qui, en 1883 avait quelque chose de progressiste.



Tracklisting
  1. Introduction 6’14
  2. La haut, couronnant les champs solitaires 3’04
  3. Filets d’eau 5’26
  4. Freyhir ! Étrange nom ! 2’53
  5. Pourtant des bruits de bataille 4’54
  6. Mais l’éclair a brillé 4’48
  7. Et quel temple plus grand 5’25
  8. De mousse et de lierre paré 4’56
  9. L’Automne fuit, voici novembre 4’11
  10. Vingt siècles ont passé 4’51
  11. Cependant le soleil s’incline 5’53
  12. L’heure après l’heure ainsi s’écoule 7’23