> A la même époque

Jean Rogister

Oeuvres pour ensembles à cordes

Orchestre Royal de Chambre de Wallonie
Anne Leonardo, alto
Marc Grauwels, flûte
Jean-Paul Dessy, direction




CYP3617
Collection non définie
Mai 2000
Prix : 16 €



Jean Rogister compte au nombre de ces fantastiques virtuoses et compositeurs qui marquèrent la vie musicale de la première moitié du XXe siècle. Né à Liège en 1879, il fait montre dès son plus jeune âge d’un don indéniable pour la musique. À peine entré au Conservatoire de Liège, il y est diplômé avec tous les honneurs, et à l’âge de 21 ans, il y est nommé professeur d’alto. C’est le point de départ d’une carrière aussi riche que diversifiée. En 1925, il quitte Liège pour les États-Unis où, pendant dix mois, il sera alto-solo à l’Orchestre symphonique de Philadelphie de Léopold Stockowsky. Il n’écrit à l’époque plus seulement pour le quatuor à cordes ou l’alto mais aussi pour le piano, l’orchestre ou encore le violon ou le trombone. Il connaîtra ensuite sa consécration comme chambriste avec le "Quatuor de Liège" dont les tournées furent triomphales tant en Europe qu’aux États-Unis. Rogister est infatigable : il produit un nombre immense d’oeuvres. La construction franckiste continue de le fasciner, mais c’est plutôt vers un approfondissement des timbres et des sonorités qu’il s’oriente. La fin de sa vie sera orientée vers les œuvres monumentales mais elle sera aussi marquée par un merveilleux Concerto pour violon et orchestre composé en 1945. Le catalogue précis des œuvres de Jean Rogister reste encore à établir. Jean Servais dans son livre Jean Rogister, un musicien du cœur (1972) n’a traité que des œuvres les plus importantes. On y dénombre trois symphonies, cinq poèmes symphoniques, six suites d’orchestre, quatre concertos (pour alto, violoncelle, trombone et violon), un drame lyrique, un Requiem, huit quatuors à cordes, un quintette, une suite pour instruments anciens et vingt-cinq mélodies. Le corpus des œuvres pour orchestre à cordes présente un ensemble cohérent et montre une constance dans le style du compositeur. Le ton y est le plus souvent grave et élégiaque.



Tracklisting
  Lamento et Allegro energico
  1. Lamento 6’34
  2. Allegro energico 5’48
 
  3. Adagio 10’45
 
  Suite pour orchestre à cordes et flûte en sol mineur op. 114
  4. Prélude 8’40
  5. Sicilienne 4’53
  6. Allegro Giocoso 4’31
 
  Largo dans le style ancien et Scherzo
  7. Largo 6’06
  8. Scherzo 3’09
 
  9. Adieu pour orchestre à cordes et alto 3’16