> Afficher la fiche détaillée

Titre : Ignace Vitzthumb, Il vous souvient de cette fête

Publication :

Date de publication :

Critique :
« Le beau disque que voilà ! Dès la couverture, nous sommes fixés : avec une toile qui évoque celles de Fragonard ou de Watteau, on sait qu’on évoluera dans ce que le XVIIIe siècle peut offrir de plus "galant", au sens positif du terme. Le label Musique en Wallonie, fidèle à sa réputation de défricheur, nous convie en effet à la découverte d’extraits d’opéras-comiques qui ont connu le succès sur les scènes parisiennes et bruxelloises dans la deuxième moitié du Siècle des Lumières.
Toutes ces ariettes (mot utilisé ici sans rien de péjoratif) ont de plus la particularité d’avoir été arrangées pour accompagnement instrumental réduit par Ignace Vitzthumb, musicien très actif à la cour de Charles de Lorraine. Ces arrangements sont miraculeux d’équilibre et de richesse : tout en étant adaptés à la taille des salons, ils ne donnent à aucun moment l’impression d’appauvrir la substance musicale. Il y a du génie chez ce Vitzthumb, bien injustement oublié. Grâce à lui, nous pouvons donc nous plonger avec délices dans ces mélodies de Grétry, Gossec et autres Philidor. C’est un bain de fraîcheur, d’innocence et de gaîté. Rien qui pèse ou qui pose dans ces lignes délicates, souvent rehaussées d’un humour piquant ou d’une mélancolie qui ne franchit jamais les frontières du pathos. Cette musique est le reflet d’une bonne société qui plaçait la Raison au cœur de toutes choses, et qui bannissait l’excès autant que le mauvais goût. Les interprètes sont idéaux : la voix fruitée d’Élise Gäbele répond au galbe élégant de Thibaut Lenaerts. La prononciation parfaite du français est un baume après tous les enregistrements en espéranto de ces derniers mois.
Évidemment, le mélomane ne trouvera pas ici le grand frisson des œuvres tardives de Mozart ou de Haydn. Mais le pari du disque est ailleurs. Et il est merveilleusement tenu. »
Dominique Joucken, Classica, juin 2011

« Ignace Vitzthumb fut musicien et compositeur sous Charles de Lorraine. Cet habile faiseur réalisera des arrangements pour une voix, deux violons et basse continue d’ariettes tirées d’opéras à la mode. Grétry, Philidor, Monsigny, Gossec et les maîtres de l’opéra-comique font recette, mais on découvrira aussi Gluck ou l’Avignonnais Vachon. Brillante notice de Marie Cornaz et interprétation plaisante d’Élise Gäbele, Thibaut Lenaerts et Benoît Giaux et de leurs savoureux accompagnateurs instrumentaux. »
Serge Martin, Le Soir, décembre 2010

« C’est vraiment la fête, dignement menée par la soprano Élise Gäbele, le ténor Thibaut Lenaerts et la basse Benoît Giaux, que soutiennent Caroline Bayet et Marie Haag au violon, Bernard Woltèche au violoncelle et Guy Penson au clavecin et au pianoforte. Enregistré au Château de Seneffe en octobre 2009, ce récital enchante par sa vitalité et sa joie de vivre communicatives. De quoi passer un moment de pur bonheur ! »
Jean Lacroix, Revue Générale, février 2011