> Afficher la fiche détaillée

Titre : Roland de Lassus, Biographie musicale vol. I

Publication :

Date de publication :

Critique :
« Musique en Wallonie lance pour ses quarante ans un projet original et malin : suivre l’incroyable carrière de Lassus à travers cinq disques, au fil d’une chronologie raisonnée. La première livraison regroupe des pièces de jeunesse délaissées pour tracer un portrait psychologique autant que musical "de Roland à Orlando" : d’Anvers à Munich, de l’enfant chanteur des Gonzague au compositeur façonnant son art en Italie, jusqu’à l’engagement de l’automne 1556 à la cour de Bavière. L’ironie mélancolique du fameux Hor qui son lasso, ou du rare Quando’l voler (autoportrait musical contrasté) affiche d’entrée l’un des topiques du musicien : "en espoir vis et crainte me tourmente". Chansons et motets sont puisés dans les sources imprimées des années 1555 et 1556, complétées par une villanelle napolitaine (O occhi manza mia). On découvre, entres autres inédits, la longue Sestina del freddo Rheno a la sinistra riva.
Bruno Boterf et son équipe évitent tout anachronisme : pas question d’appuyer les effets, de surligner les variations de textures. Il concentre l’interprétation sur l’équilibre des lignes vocales, sur la précision de la diction. Une relative austérité qui peut étonner face au génie si inventif et généreux de Lassus, mais qui le dévoile sans faille. »
Sophie Roughol, Diapason, janvier 2012
« Ludus Modalis réussit aujourd’hui un parcours quasiment sans faute, mêlant à 3 madrigaux du Premier Livre un choix de pièces imprimées par Susato, outre des motets et la belle Sestina Non ha tente serene publiée à Rome 1563 et tout en contrastes de rythmes et de texture. Aussi bien, une suite prévue dès à présent par l’éditeur Musique en Wallonie qui annonce ici une "biographie musicale" en 5 volumes, présentés dans un ordre chronologique. Une dernière raison de se réjouir pour tous les admirateurs du "divin Orlande", comme disait l’époque… »
Roger Tellart, Classica, mars 2012
« Un très beau disque. »
Jean Lacroix, La Revue Générale, janvier 2012